Enable Active Scripting
 
 

Exemples :    

D’ingénieur des mines à coordinateur de projets de recherche environne-mentale: Tom (PhD), un ingénieur des mines en milieu de carrière dans l’Alberta, avait récemment déménagé à Montréal pour des raisons familiales. Évidemment, il a trouvé que le marché de l’ingénierie des mines à Montréal était extrêmement restreint. Après l’analyse de ses qualifications, intérêts, valeurs et mission personnelle, Tom a décidé de se concentrer sur le secteur de l’environnement. Avec l’aide de Rockhurst, il a d’abord trouvé un emploi d’expert conseil en environnement, mais les multiples déplacements exigés par cette responsabilité empiétaient sur sa vie familiale. Dans le cadre de sa garantie, Rockhurst lui a alors apporté ses services pour l’aider à obtenir un nouveau poste, cette fois comme coordinateur de projets de recherche environnementale générant un revenu très satisfaisant de plus de 100 000 $.


Du secteur de l’assurance à l’industrie bancaire :
Marlène, 28 ans, travaillait dans la vente pour une grande compagnie d’assurance. Détenant un baccalauréat en commerce, elle avait d’excellents antécédents auprès des petites et moyennes entreprises. Marlène était mécontente de son faible salaire (environ 30 000 $) et des faibles perspectives professionnelles. Elle était attirée par le secteur de la haute technologie en raison des salaires supérieurs et des possibilités d’avancement. Après une analyse détaillée de ses forces, intérêts et valeurs avec Ken, notre principal conseiller en gestion de carrière, elle a décidé de se concentrer sur le secteur des services financiers, notamment les grandes institutions financières. Après une campagne de promotion fructueuse, Marlène a obtenu un poste de formation comme agente commerciale pour une grande banque canadienne. Son salaire de départ était 45 000 $,
soit 5 000 $ de plus que l’offre initiale, et elle suit actuellement une formation intensive avec d’excellents débouchés professionnels qu’elle trouve très motivants. 


De l’industrie aérospatiale à la technologie de pointe :
Harry, un ingénieur britannique de 41 ans, travaillait pour une entreprise aéronautique britannique, dans un poste commercial générant un chiffre d’affaires élevé. Harry espérait trouver un emploi dans une entreprise canadienne du secteur manufacturier. Après une analyse approfondie de ses forces et ambitions avec Ken, et ayant décidé de s’installer dans la région d'Ottawa où résidait la famille de sa fiancée, Harry a décidé de s’orienter vers le secteur de la haute technologie. Après une campagne de recherche d'emploi de deux mois, Harry a trouvé un poste de gestionnaire de projets auprès d’une grande entreprise canadienne spécialisée dans la technologie. Après négociations,
il a obtenu un plan de rémunération de 80 000 $, soit 30 % de plus que l’offre initiale. Il a ainsi pu
se marier et poursuivre une carrière épanouissante et riche en défis.

De la vente d’immeubles temporaires à la vente de services de développement logiciel :
Jacques, 26 ans, diplômé du programme de commerce du Collège Algonquin, travaillait depuis cinq ans comme représentant commercial chez un distributeur d’immeubles temporaires. Même s’il adorait le secteur de la vente, Jacques trouvait que son salaire moyen, qui atteignait tout juste les 30 000 $, était décevant. Il se sentait attiré par les débouchés et niveaux de rémunération offerts dans le secteur de la haute technologie.
Ken l’avisa que, sans expertise technique, il aurait peu de chances de trouver un poste dans la vente de produits matériels ou logiciels. Il lui suggéra qu’il aurait plus de possibilités dans la vente des services de soutien technique à contrat car dans ce domaine, les antécédents techniques sont secondaires par rapport aux compétences commerciales. Ken suggéra alors que Jacques pourrait considérablement augmenter ses chances s’il ciblait les petites entreprises locales dont les gestionnaires techniques principaux étaient en charge de la commercialisation et des ventes, et qui étaient sur le point d’envisager l’embauche d’un professionnel de la vente. Il fallait donc identifier de telles entreprises et communiquer avec elles dans le but de créer de toutes pièces un poste de vente à temps plein.
Après avoir abordé seulement 4 entreprises qui présentaient ce profil, Jacques a vu sa proposition acceptée et déboucher sur un poste. Durant sa première année, il a généré un revenu de plus de
60 000 $ et nous a récemment confié que ses employeurs était aussi enthousiastes à son égard que lui avec eux.

D’un cabinet d’avocats au secteur public :
Kathy, une avocate de 30 ans, expliqua qu’elle s’était livrée à un examen attentif du bureau de son employeur. Considérant le type d’affaires légales traitées par les avocats de niveau supérieur, elle se dit que “si c’est ce qui m’attend en fin de parcours, je ferais mieux de sauter du train maintenant”.
Kathy ressentait un fort besoin de faire un travail produisant un “impact social réel”, et se dit qu’elle pourrait réaliser ce rêve en rédigeant des politiques sociales dans le secteur public. Kent lui expliqua que ce serait un marché très difficile à pénétrer du fait des coupures budgétaires dans l’administration fédérale. Cependant, si elle était prête à se concentrer et à redoubler d’efforts, cela pourrait être possible.
Après une longue campagne (d’environ 14 semaines), Kathy trouva un poste de conseillère principale en matière de politiques touchant les questions de la biotechnologie et de ses répercussions sur le public.
Lorsqu’on lui demanda l’aspect le plus important qu’elle avait retiré du programme, Kathy a répondu “je n’aurai plus jamais peur d’être sans emploi. Je sais maintenant comment trouver le poste idéal sur un marché des plus concurrentiels".

 

 

 

Accueil | Nos services | Gestion de carrière | À propos de Rockhurst | Témoignages | Contactez-nous

Droits d'auteur © 2005-2015  - Rockhurst Gestion de Carrière. Tous droits réservés.